×

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : Genèse 28; Matthieu 27; Esther 4; Actes 27

Le nom Béthel signifie « maison de Dieu ». Je me demande combien d’églises, de maisons, d’écoles bibliques, de séminaires, d’établissements chrétiens et autres institutions ont choisi ce nom pour embellir leurs emblèmes et leurs entêtes.

Pourtant, l’événement qui a donné naissance à ce nom (Genèse 28) n’est pas d’une pureté absolue. Jacob est en route et s’apprête à parcourir une grande distance pour arriver chez son oncle Laban. Il cherche une femme pieuse, même si cette raison se niche plus profondément dans l’esprit d’Isaac que dans celui de Jacob. En réalité, il fuit pour sauver sa vie, comme le chapitre précédent le montre clairement: il tient absolument à échapper à son frère et à ses projets de meurtre. Car Ésaü en veut à mort à Jacob qui l’a lâchement trahi et trompé. À en juger par sa propre requête, Jacob craint de n’avoir pas assez de nourriture ni de vêtements adaptés, et il souffre déjà de l’éloignement de sa famille (v. 20-21). Dieu lui apparaît de façon tellement spectaculaire dans un rêve que Jacob s’écrie: « Que cet endroit est redouta- ble ! Ce n’est rien moins que la maison de Dieu, c’est la porte des cieux! » (v. 17).

Pour sa part, Dieu renouvelle l’essentiel de l’alliance avec son grand-père Abraham. La vision de l’échelle annonce le libre accès à Dieu, le contact immédiat de Dieu avec un homme qui, jusqu’ici, semble avoir davantage vécu d’expédients que de moyens honnêtes. L’Éternel lui promet que sa descendance se multipliera et possédera le pays. Il insiste sur l’extension de la bénédiction à tous les peuples: « Toutes les familles de la terre A seront bénies en toi et en ta descendance » (v. 14). Même sur le plan personnel, Dieu n’abandonnera pas Jacob, car il lui déclare: « Voici: je suis moimême avec toi, je te garderai partout où tu iras et je te ramènerai dans ce territoire; car je ne t’abandonnerai pas, avant d’avoir accompli ce que je te dis » (v. 15).

Sorti de son rêve, Jacob dresse un autel et appelle ce lieu Béthel. Mais il n’a pas changé fondamentalement; il est resté le même brasseur d’af- faires plus ou moins louches! Calculateur, il fait un vœu: si Dieu fait ceci, cela et tout le reste, si j’obtiens tout ce que je désire dans ce marchandage, « alors l’Éternel sera mon Dieu » (v. 20-21).

Et Dieu ne le frappe pas! L’histoire continue: Dieu fait tout ce qu’il a promis et même davantage. Toutes les conditions fixées par Jacob sont remplies. La manière dont Dieu vient à notre rencontre là où nous sommes est l’un des grands thèmes de l’Écriture: dans notre manque d’assurance, notre obéissance conditionnelle, notre mélange de foi et de doute, notre amalgame de crainte de Dieu et d’intérêt égoïste, dans notre compréhension et notre folie. Dieu ne se révèle pas seulement aux gens les plus fidèles, mais également à nous, dans notre Béthel, la maison de Dieu.

EN VOIR PLUS
Chargement