2 Rois 12 ; 2 Timothée 2 ; Osée 3 – 4 ; Psaumes 119.121-144

 | 
Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : 2 Rois 12 ; 2 Timothée 2 ; Osée 3 – 4 ; Psaumes 119.121-144

Le chapitre 1 d’Osée est au chapitre 2 ce que le chapitre 3 est au chapitre 4. La première partie de ces paires de chapitres est écrite en prose et se concentre sur Osée et Gomer ; la seconde est écrite en vers et insiste sur la relation parallèle de Yahweh avec Israël.

Dans les deux chapitres que nous examinons aujourd’hui (Osée 3-4), Osée commence par un bref récit des péripéties de son mariage. Ce chapitre met le point final à son union conjugale. Osée reçoit l’ordre d’aimer sa femme qui est manifestement retournée à la prostitution et qui « ap- partient » désormais à un autre homme (vraisemblablement un proxénète). Osée ne laisse percer aucun sentiment en rachetant Gomer ; de toute façon, les actions comptent davantage (ce que notre génération semble avoir oublié). En même temps, il demande à Gomer, revenue à lui, de lui être fidèle.

C’est le reflet de la situation de Dieu. En théorie, il pouvait à juste titre renvoyer son « épouse » et l’oublier. Pourtant, il a le souci de la rechercher, de payer ce qu’il faut ; il attend cependant que, revenue à lui, elle lui soit fidèle. Dieu continue d’aimer ses élus. Il les recherche même après la plus horrible rébellion et le pire châtiment, et il les rachète. Les derniers versets du chapitre 3 annoncent un exil qui à la longue sera bénéfique : il inaugurera un temps où les rescapés « chercheront l’Éternel, leur Dieu, et David, leur roi » (3.5).

Dans Osée 4, Dieu s’adresse à la nation israélite apostate : « Il n’y a point de fidélité, point de loyauté, point de connaissance de Dieu dans le W pays » (4.1). La longue liste de péchés est profondément déprimante. Le « peuple périt, parce qu’il lui manque la connaissance » de la Parole de Dieu (4.6). En d’autres termes, « l’esprit de prostitution égare, et ils se prostituent loin de leur Dieu » (4.12). La corruption est désormais endémique. Dieu se fait sarcastique : pourquoi punirait-il les filles et les belles-filles qui pratiquent la prostitution, puisque les hommes courent après les prostituées (4.14) ?

Dieu accentue le sentiment de honte et de culpabilité de son peuple. Le mépris est perceptible : « N’allez pas à Guilgal, ne montez pas à Beth-Aven » (4.15). Guilgal et Béthel étaient les principaux sanctuaires du peuple de l’alliance. Béthel signifie « maison de Dieu », mais le prophète la rebaptise « Beth-Aven », c’est-à-dire « maison de méchanceté », compte tenu de tout ce qui s’y passe. « Éphraïm est associé aux idoles : laisse-le ! » (4.17). Allez à l’église avec tout ce monde. Tout ce que vous faites, c’est de participer à une idolâtrie repoussante et égocentrique, sans aucune attention accordée à l’étude de la Parole de Dieu. Il vaut alors mieux rester chez soi. Cette sorte d’« église » ne fera que vous corrompre.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement