1 Rois 11 ; Philippiens 2 ; Ézéchiel 41 ; Psaumes 92 – 93

Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : 1 Rois 11 ; Philippiens 2 ; Ézéchiel 41 ; Psaumes 92 – 93

Dans peu de textes la conjonction de coordination mais ne revêt plus de signification que dans 1 Rois 11.1 : « Mais le roi Salomon aima beaucoup de femmes étrangères » (Darby). En ce temps-là, l’importance du harem royal était considérée comme le reflet de la richesse et du pouvoir du roi. Salomon épousa de nombreuses princesses, et notamment, comme le souligne tristement l’auteur, des femmes « appartenant aux nations dont l’Éternel avait dit aux Israëlites : Vous n’irez pas chez elles, et elles ne viendront pas chez vous ; elles détourneraient certainement vos cœurs vers leurs dieux » (v. 2).

C’est exactement ce qui s’est produit, surtout lorsque Salomon est devenu vieux (v. 3-4). Il s’est mis à rendre un culte aux dieux étrangers. Pour plaire à ses femmes, il a dressé des sanctuaires, des autels et des temples pour leurs dieux. Il va de soi que de nombreux Israélites ont suivi l’exemple du roi et ont adoré ces divinités païennes. Du fait que Salomon était connu pour être un roi sage, intelligent et qui réussissait tout, beaucoup d’Israëlites le suivaient aveuglément. L’idolâtrie a même fini par englober les divinités païennes affreuses auxquelles on sacrifiait des enfants. « Salomon fit ce qui est mal aux yeux de l’Éternel et ne suivit pas pleinement la voie de l’Éternel, comme son père David » (v. 6). On sait bien que David aussi a connu des chutes retentissantes ; il s’est écarté d’une vie de dévotion à l’Éternel Dieu et de loyauté envers lui, mais il s’est repenti et est revenu au Seigneur ; il n’a pas vécu dans le courant d’une vie comportant de plus en plus de compromis religieux, comme celle de son fils et héritier.

Le jugement tombe (v. 9-13) : après la mort de Salomon, le royaume sera divisé ; dix tribus se sépareront des deux qui resteront fidèles à la lignée davidique. Dieu maintient ce petit reste pour l’amour de David. Si Salomon avait été un autre homme, il se serait repenti, aurait cherché la faveur de Dieu, détruit tous les hauts lieux, encouragé le peuple à la fidélité à l’alliance. Mais la triste vérité est que Salomon a préféré ses femmes et leurs opinions au Seigneur de l’alliance et à son point de vue.

Pendant les dernières années de son règne, Salomon a disposé de nombreuses preuves que Dieu lui avait retiré la faveur de ses protections (v. 14-40). Rien n’est plus lamentable que de voir Salomon cherchant à faire mourir Jéroboam. De ce point de vue, il ressemble à Saül qui en voulait à la vie de David. On ne décèle en lui aucun mouvement vers Dieu, aucun repentir, aucune faim de Dieu.

Les leçons sont innombrables. Faites attention aux personnes et aux choses que vous aimez. De bons commencements ne garantissent pas de bonnes fins. Prêtez attention aux avertissements de Dieu quand il en est encore temps ; si vous faites la sourde oreille, votre cœur s’endurcira peu à peu si bien que les pires menaces divines vous laisseront insensible. Sur le plan biblique, même la dynastie la plus bénie, la plus protégée et la plus capable, choisie du milieu du peuple élu, laisse entrevoir sa fin : elle disparaîtra. Combien nous avons besoin du Sauveur, du roi venu du ciel !

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement