×

Notre fils avait 9 mois lorsqu’il a commencé à faire ses premiers pas. Bien campé sur ses deux jambes, il était prêt à affronter un monde rempli de dangers. Je l’ai accompagné près de la prise électrique et lui ai dit de ne jamais la toucher et de ne jamais y insérer quoi que ce soit. Il nous semblait alors trop jeune pour marcher et encore plus pour comprendre nos consignes et avertissements.

Mais le lendemain après-midi, mon fils a passé sa tête au coin du mur, ne sachant pas que je pouvais le voir d’où j’étais assis. Pensant que j’étais distrait par autre chose, il s’est précipité sur la prise. Ce qu’il a fait ensuite m’a choqué : juste avant d’essayer de la toucher, il a de nouveau jeté un coup d’oeil pour s’assurer que je ne regardais pas.

Cette anecdote, quoique drôle, était aussi triste et riche d’enseignements. Alors qu’il n’était qu’un tout petit enfant, mon fils avait été séduit par le plus sombre et le pire des mensonges : celui qui nous fait croire que nous pouvons ignorer les limites sans faire face aux conséquences.

Adam et Ève ont été les premiers à avoir été séduits par ce mensonge (voir Genèse 3) et depuis, nous n’avons jamais cessé de l’être. Il vous est peut-être arrivé l’une ou l’autre des choses suivantes :

  • bâcler vos études et ne pas obtenir la moyenne,
  • avaler bien trop souvent de trop grosses quantités de nourriture et prendre du poids,
  • dépenser plus que ce que vous gagnez et vous retrouver endetté,
  • flirter avec des pensées ou des agissements adultères et perdre la confiance de votre conjoint,
  • frauder le fisc ou vous relâcher au travail et devoir en assumer les conséquences,
  • être dur envers vos enfants et de ne plus avoir que des rapports froids et distants avec eux,
  • négliger les disciplines spirituelles et de vous retrouver pris au piège d’un péché dangereux.

Peu importe la gravité, le fait d’ignorer les limites et de nier les conséquences trouve sa racine dans quelque chose de plus profond : c’est un rejet du dessein divin pour lequel nous avons tous été créés.

Nous n’avons été créés ni pour trouver notre voie, ni pour faire connaître nos besoins, ni pour notre joie personnelle. Nous avons été créés pour Dieu, pour le glorifier et pour vivre la pleine expression de la raison de notre être dans une communion d’amour et de louange avec lui.

Chaque péché que nous commettons est adultère en ce que nous sommes infidèles à la relation d’amour que Dieu veut que nous ayons avec lui. Au lieu de cela, nous nous précipitons dans les bras d’autres amants (prenez le temps aujourd’hui de lire les images que le Seigneur utilise pour décrire le péché d’Israël dans Ézéchiel 16.)

Ou regardez les dix commandements de plus près. Les premiers commandements nous enjoignent d’aimer et de louer Dieu. Les autres commandements décrivent tous les domaines dans lesquels nous sommes tentés de remplacer Dieu par autre chose ou de nuire à ceux qui osent nous empêcher d’obtenir ce que nous voulons ou ce que nous considérons comme un besoin.

Souvenez-vous que vous avez été faits à l’image de Dieu. Vous avez été faits pour être en relation avec lui.

La théologie pratique qu’on en retire est simple : briser notre relation avec Dieu nous conduira forcément à briser ses commandements. Lorsque nous dépassons les limites qu’il nous fixe dans son amour et dans sa sagesse, nous nous exposons à des conséquences douloureuses et inévitables, dans ce monde, et dans celui à venir.

Souvenez-vous que vous avez été faits à l’image de Dieu. Vous avez été faits pour être en relation avec lui. Il met des limites car il sait exactement ce qu’il vous faut et ce qu’il ne vous faut pas. Restez dans ces limites sages et vivez une vie de liberté et de joie.

Vivre comme si vous étiez des êtres indépendants et libres d’écrire votre propre histoire et de fixer vos propres règles est une cause perdue.

Que Dieu vous bénisse,

Paul David Tripp


Questions de réflexion 

  1. Pensez à un moment récent où vous avez averti une personne que vous aimez des conséquences négatives d’une décision qu’elle a prise. Que s’est-il passé quand cette personne a ignoré votre avertissement et a dépassé les limites ?
  2. Est-ce que les limites et les conséquences vous paraissaient évidentes ? Qu’est-ce qui a potentiellement pu rendre cette personne aveugle ou faire qu’elle a estimé qu’il valait la peine de prendre ces risques ?
  3. Quelles limites avez-vous récemment franchies ? Avec quel péché flirtez-vous ou de quel péché êtes-vous prisonnier en ce moment ? Quelles en sont les conséquences ? Font-elles souffrir d’autres personnes que vous ?
  4. Par quels moyens pratiques pouvez-vous renforcer votre relation personnelle avec le Seigneur ? En quoi aimer plus profondément votre Sauveur vous amènera à fuir les mauvaises passions ? (2 Timothée 2.22, 1 Corinthiens 6.18)
  5. Traitez-vous le monde (et les personnes) comme un buffet à volonté de plaisirs destinés à votre consommation personnelle ? De quelle manière ? Identifiez un domaine précis que vous pouvez remettre cette semaine au Seigneur et où vous pourrez vivre son plan pour votre vie au lieu d’agir selon vos désirs.
EN VOIR PLUS
Chargement