Nombres 31 ; Psaumes 75-76 ; Ésaïe 23 ; 1 Jean 1

Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : Nombres 31 ; Psaumes 75-76 ; Ésaïe 23 ; 1 Jean 1

Dans cette section de la prophétie d’Ésaïe (Ésaïe 13-27), la cité de Tyr (Ésaïe 23) est la dernière région sur laquelle s’abat le jugement de Dieu. Si Babylone est devenue proverbiale en raison de sa puissance impériale, de ses chefs-d’œuvre culturels et esthétiques, Tyr était une ville célèbre pour ses richesses dans tout le bassin méditerranéen.

Le contexte historique de cet oracle est assez clair. Babylone venait d’être détruite par les Assyriens (v. 13) ; cette attaque a pu avoir lieu soit sous Sennachérib (710 av. J.-C.) soit sous Sargon (689 av. J.-C.), qui pilla la ville. C’était avant que Babylone ne devienne la grande superpuissance qui allait écraser l’Assyrie et la remplacer. À ce moment de l’Histoire, la destruction de Babylone sert de modèle à ce qui va arriver à Tyr.

Tyr devait sa fortune à sa qualité de premier centre commercial du monde méditerranéen. Les navires de Tarsis (Espagne, à l’autre bout de la Méditerranée) se lamentent en apprenant la destruction de Tyr (v. 1, 14). La nouvelle parvient à Chypre (Kittim, v. 1) juste en face de la côte tyrienne, et ensuite à Sidon (v. 2-4). L’Égypte, grenier des pays méditerranéens, pleure à cause des conséquences de cette destruction sur le commerce des céréales (v. 5). La chute de Tyr a eu sur le pourtour méditerranéen les mêmes effets que le krach boursier de Wall Street sur le monde en 1929.

Quels que soient les ennemis historiques qui ont entraîné la chute de Tyr, Ésaïe veut nous faire savoir que c’est l’œuvre de l’Éternel (v. 8-12), et que c’est également lui qui relèvera cette ville, même si, une fois restaurée, elle retourne à son ancienne « prostitution » (v. 15, 17). Tout compte fait, son péché est moins l’amour de l’argent que l’orgueil : « C’est l’Éternel des armées qui a pris cette résolution, pour blesser l’orgueil de tout ce qui brille, pour humilier tous ceux qui sont honorés sur terre » (v. 9). Il ne faut pas nécessairement établir un lien entre la richesse et l’orgueil (pour preuve Job !), néanmoins ce lien existe malheureusement trop souvent. Une grande richesse entraîne facilement une autosuffisance arrogante. Quelles mesures les chrétiens occidentaux relativement prospères doivent-ils prendre pour se protéger contre ce péché détestable ?

Dans l’esprit du vaste horizon prophétique, les derniers versets (v. 17-18) passent de l’Histoire à l’eschatologie. En fin de compte, toute la richesse de la terre, même si elle a été rassemblée par de grands centres commerciaux comme Tyr, sera mise à part pour l’Éternel ; c’est lui qui l’a donnée et toutes choses retournent à lui. Toute cette richesse sera pour « ceux qui habitent devant l’Éternel ». Nous sommes là en présence d’un nouveau signe précurseur d’un nouvel univers, qui n’est désormais plus souillé par tout ce qui est mal, mais où le peuple de Dieu trouve pour toujours son bonheur en lui et dans ses dons.

EN VOIR PLUS
Chargement