Lévitique 20; Psaumes 25; Ecclésiaste 3; 1 Timothée 5

Partager

La diversité des besoins que David expose à Dieu est une des caractéristiques frappantes du psaume 25.

Le psalmiste est en danger d’être submergé par ses ennemis, et donc d’être couvert de honte (v. 2). Il désire connaître les chemins et les voies de Dieu, être enseigné par lui (v. 4-5). Il supplie Dieu d’oublier les péchés de sa jeunesse rebelle (v. 7) ; il reconnaît qu’à certains moments son iniquité était bien grande et a besoin d’être pardonnée (v. 11). David confesse qu’il se sent seul et affligé, rempli d’angoisses (v. 16-17). Il évoque de nouveau son affliction et sa détresse, ses péchés ; il se sent menacé par le nombre croissant d’ennemis qui le haïssent (v. 18-19). À en juger par le dernier verset (v. 22), David reconnaît peut-être que ses crises et ses manquements ont eu un impact sur le bien-être du peuple sur lequel il était roi ; c’est pourquoi il pense à lui dans sa prière.

Il est évidemment important de réfléchir à la manière dont Dieu, dans sa grâce, vient au secours du peuple de l’alliance, par une diversité extraordinaire de moyens. Mais je veux souligner ici quelque chose de légèrement différent : le lien qui unit les maux et les crises qui nous atteignent. Les différents sujets que David mentionne ne sont pas des articles sur une liste. Ils sont interconnectés.

Ainsi, quand David demande à Dieu la faveur de ne pas être exposé à la honte à cause de ses ennemis, il reconnaît que Dieu seul est l’arbitre suprême et qu’en fin de compte « ceux qui, sans raison, sont des traîtres » connaîtront la honte (v. 3). Cela oblige David à marcher dans les chemins et e les voies de Dieu, à obtenir le pardon pour ses propres péchés, à garder humblement l’alliance (v. 9-10), à craindre l’Éternel comme il se doit (v. 12, 14). À cause des difficultés qu’il traverse, il n’est pas seulement affligé mais également « seul et malheureux » (v. 16). Les angoisses éprouvées dans un domaine entraînent souvent un sentiment d’isolement et même d’aliénation. Pourtant, les dernières requêtes du psalmiste n’aboutissent pas à un apitoiement sur lui-même ; elles reprennent et résument les supplications déjà présentées : David a besoin d’être délivré de ses ennemis, du pardon de ses péchés, du soulagement dans ses afflictions, d’intégrité et de droiture personnelles. Tout cela est lié à la protection de l’Éternel Dieu lui-même.

Ce psaume présente donc une prise de conscience globale. Il arrive que nos prières pour ne plus nous sentir seuls s’inspirent d’un amour de nous-mêmes ; lorsque nous réclamons justice, nous oublions parfois la nature endémique du péché, si bien que nous oublions notre propre iniquité. Ce psaume nous renvoie l’image d’un homme qui non seulement connaissait Dieu et savait comment prier, mais qui se connaissait également luimême.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement