2 Samuel 4-5 ; 1 Corinthiens 15 ; Ézéchiel 13 ; Psaumes 52-54

 | 
Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : 2 Samuel 4 – 5 ; 1 Corinthiens 15 ; Ézéchiel 13 ; Psaumes 52 – 54

Pratiquement chaque génération est exposée à des voix véridiques et mensongères. Comment faire la distinction entre les deux ?

Il n’est pas possible d’apporter une réponse exhaustive à partir d’un seul texte biblique. Deutéronome 13, par exemple, propose une procédure qu’il faut étudier et appliquer avec minutie, mais ce n’est pas le seul passage qui traite de cette question. Ici, dans Ézéchiel 13, le prophète n’aborde pas le sujet en donnant au juste les moyens de différencier le vrai prophète du faux ; il dénonce plutôt tout ce qui est faux. Dieu brosse ainsi partiellement le profil des faux prophètes.

1° Les faux prophètes parlent de leur propre chef, donnent libre cours à leur imagination. Ils s’imaginent à tort avoir reçu une parole de l’Éternel. « Leurs visions sont vaines et leur divination mensongère » (v. 6). Il s’agit ici moins d’un principe utilisable par les auditeurs que d’un avertissement adressé aux faux prophètes eux-mêmes. Ils peuvent séduire leurs contemporains mais ne trompent pas Dieu. C’est à lui qu’ils devront rendre compte un jour (v. 8-9).

2° Ils n’abordent pas les questions de fond, comme le péché, la corruption, l’injustice et la fidélité à l’alliance. Pour reprendre la métaphore d’une ville fortifiée, au lieu de réparer une brèche dans le mur, ils la recouvrent de chaux pour lui donner belle apparence aux yeux du passant, alors qu’elle affaiblit désespérément la muraille. « Vous n’êtes pas montés sur les brèches pour protéger la maison d’Israël par une clôture, tenant ferme au combat, au jour de l’Éternel » (v. 5). Une bonne tempête fera disparaître la chaux et mettra en évidence la grande fragilité du mur. Les faux prophètes se servent de présages, d’élucubrations sur la fin des temps et de promesses de réveil spirituel, cependant ils ne parlent pas de la sainteté de Dieu et de l’abomination du péché ; ils négligent d’appeler le peuple à la repentance, à la foi et à l’obéissance.

3° Ils se passionnent pour les augures, la bonne aventure… ils utilisent leur crédit de « prophète » pour donner un espoir trompeur à ceux qui les écoutent, au lieu de communiquer la Parole de Dieu. Ce ne sont pas des gens vraiment sérieux, et sans vergogne ils demandent un salaire (v. 17-19).

4° L’un des effets très répandus de la parole des faux prophètes est le découragement qui s’empare du peuple de Dieu. À cause des multiples voix qui se font entendre dans la culture ambiante, beaucoup de gens sont perplexes, découragés et désorientés. Au lieu de défendre les valeurs morales qui soutiennent la droiture, édifient le caractère de la personne et stimulent la piété, ils prononcent des malédictions sur des gens que Dieu lui-même n’a pas condamnés et leur imposent des tabous, alors qu’ils cautionnent le méchant, l’empêchant d’abandonner ses mauvaises voies et d’être sauvé (v. 20-23). Où voit-on ces caractéristiques se développer dans notre culture ? Où prospèrent-elles dans les Églises qui se disent évangéliques ?

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement