2 Samuel 22 ; Galates 2 ; Ézéchiel 29 ; Psaumes 78.1-39

 | 
Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : 2 Samuel 22 ; Galates 2 ; Ézéchiel 29 ; Psaumes 78.1-39

Par certains côtés, la prophétie contre l’Égypte (Ézéchiel 29) ressemble aux prophéties contre les autres nations mentionnées dans cette partie du livre d’Ézéchiel (chap. 25-32). La répétition des thèmes devrait nous rappeler combien Dieu les juge importants ; c’est le cas de la perversité de la confiance arrogante en soi et de la fierté de l’indépendance (v. 3, 9). Mais le tableau s’enrichit encore de nouveaux éléments qu’il vaut la peine de considérer.

1° L’Égypte est accusée d’être « un roseau » incapable de procurer l’appui escompté. Lorsque les gens s’appuient sur lui, le roseau se brise et meurtrit leurs chairs (v. 6 ; cf. Ésaïe 36.6 et 2 Rois 18.21). Les individus et les nations ne devraient jamais promettre ce qu’ils ne peuvent tenir.

2° Comme Israël (et beaucoup d’autres nations), l’Égypte sera vaincue et une partie importante de sa population exilée (v. 12). De même que les Israélites auront la permission de retourner dans leur pays sous la domination perse plus tolérante, de nombreux exilés pourront rentrer dans leurs différents pays d’origine et, parmi eux, les Égyptiens (v. 13). Ce sera l’œuvre de Yahweh : « Je rassemblerai les Égyptiens du milieu des peuples où ils auront été disséminés » (italiques ajoutées).

3° Dieu déclare néanmoins que l’Égypte ne sera plus jamais une grande puissance (v. 14-16). S’il est le Dieu qui suscite et renverse les nations, il a le droit de faire cette déclaration. Certaines puissances d’autrefois ont partiellement ou entièrement disparu : les Hittites, les Assyriens, les Babyloniens. Les Égyptiens sont toujours là, pourtant Dieu annonce qu’il les affaiblira pour « qu’ils ne dominent pas sur les nations » (v. 15) et que l’Égypte a ne jouira plus jamais de la confiance de nations comme Israël (v. 16).

4° Les versets 17 à 20 présentent une des plus étranges scènes qui se trame en coulisse. Neboukadnetsar de Babylone l’emportera sur Tyr, mais ce sera au terme d’une campagne longue et infructueuse. C’est pourquoi Dieu décide de donner l’Égypte à Babylone pour récompenser les Babyloniens des nombreuses et coûteuses années passées à assiéger Tyr. « Je lui donne le pays d’Égypte ; car (ses hommes) ont travaillé pour moi, – oracle du Seigneur, l’Éternel » (v. 20). N’imaginons pas un seul instant que ces nations agissaient en se disant qu’elles obéissaient à l’Éternel (cf. Ésaïe 10.5s !). Dieu ne doit rien à personne, et ce sont là les arrangements que le Dieu Tout- Puissant prend souverainement.

Nous ne saurions évidemment rien de ces dispositions si Dieu ne les avait pas révélées. Ces choses nous mettent en garde contre toute idée de nous glorifier à propos de ce qui se passe en ce moment, alors que nous n’apercevons qu’une si petite partie de ce que Dieu est en train d’accomplir.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement