2 Rois 7 ; 1 Timothée 4 ; Daniel 11 ; Psaumes 119.25-48

 | 
Partager

Ecouter les chapitres du jour sur le site Audio Bible IBG : 2 Rois 7 ; 1 Timothée 4 ; Daniel 11 ; Psaumes 119.25-48

Le contenu de la vision dévoilée à Daniel par le messager céleste occupe Daniel 11 et la première partie du chapitre 12. Même s’il n’est pas facile d’indiquer la signification de tous les détails, le fil général de la pensée est clair.

L’Empire perse est désigné au verset 2. D’après Daniel 10.1, le point de départ de la vision est le règne de Cyrus. Qui sont les quatre autres rois ? L’Empire perse subsista encore deux siècles et connut neuf rois (sans compter les usurpateurs comme Cambyse II et Darius I). Les quatre désignentils les plus importants ? Sont-ils ceux mentionnés dans l’Écriture, à savoir Cyrus, Darius, Xerxès (ou Assuérus) et Artaxerxès ? Nous l’ignorons.

Le conquérant grec (v. 3-4) n’est autre qu’Alexandre le Grand, et les quatre royaumes qui ont remplacé l’empire d’Alexandre ont déjà été mentionnés (chap. 8 ; voir la méditation du 23 octobre). Les Juifs étaient coincés entre le roi du sud (les Ptolémées) et le roi du nord (les Séleucides) qui se livraient des luttes incessantes. Le roi du nord finit par avoir le dessus (v. 5-20). On s’accorde généralement à reconnaître en Séleucus IV, mort en 175 av. J.-C., celui « qui fera venir un tyran » (v. 20). L’« homme méprisé » (v. 21-39 ou 21-45) est sans aucun doute Antiochus IV Épiphane, un monarque séleucide dont nous avons déjà parlé (méditation du 23 octobre).

Les lecteurs de ce livre qui aiment l’Histoire devraient lire l’historienJosèphe,1et2 Maccabées,etdesrécitscontemporainsdesévénements dramatiques de cette période. Notre propos n’est pas de nous attarder sur cet épisode agité de l’Histoire. Demandons-nous cependant pourquoi l’Écriture lui accorde tellement de place. À bien des égards, Antiochus IV Épiphane n’était pas important. Alors, pourquoi lui accorder tant d’attention ?

Il y a au moins deux raisons à cela. 1° Dans un certain domaine, Antiochus accomplit une œuvre nouvelle et fondamentalement mauvaise. L’oppression dont les Juifs avaient souffert jusqu’à son règne n’était rien comparée à celle qu’il allait leur faire vivre. Les Égyptiens d’autrefois les avaient asservis, mais ils n’avaient pas tenté de leur imposer leur religion. Pendant la période des juges, les Israélites se sont constamment tournés vers des divinités païennes; lorsque les païens dominaient, ils leur imposaient de lourds tributs et les asservissaient durement, mais ils ne les forçaient pas à adopter leur idéologie. À l’exception de la brève expérience tentée par Neboukadnetsar (chap. 3), l’Assyrie et Babylone n’imposèrent pas leur poly- théisme aux peuples soumis. Or ici, Antiochus IV Épiphane déclara illégale la religion israélite, fit mettre à mort quiconque était trouvé en possession d’une partie de la Torah, et imposa par la force militaire sa vision païenne des choses. Le peuple souffrit et Dieu vola finalement à son secours. 2° Cette période violente de l’Histoire devient un modèle, un type de l’oppression idéologique, de la souffrance et du martyre de l’Église. Où cela est-il indiqué dans le Nouveau Testament ?

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement