×

Définir la crainte de Dieu, reconnaître la crainte de l’homme et son poids dans nos vies : voilà la trame de réflexion de ce livre de Ed Welch. Écrit en deux parties (avec des questions à la fin de chaque chapitre), il est d’un grand secours pour nous aider à réfléchir à la place que nous laissons aux autres dans notre vie et la façon dont nous pouvons vivre une vraie crainte de Dieu. Que nous nous sentions particulièrement concernés par la crainte de l’homme ou non, la lecture de ce livre soulève des questions importantes et parfois dérangeantes !

L’auteur développe en premier le pourquoi et le comment de notre crainte des autres .

Nous nous soumettons toujours à l’idole que nous adorons, et nous peinons parfois à l’identifier comme tel dans notre vie. Cette idole est notre maître, et tout tourne autour : choix et style de vie, pensées, émotions.. La crainte de l’homme, c’est remplacer Dieu par les gens. Nous craignons les autres au lieu de craindre Dieu selon sa Parole.

La deuxième partie du livre s’intéresse à la manière de surmonter notre crainte de l’homme.

L’auteur nous montre par des exemples bibliques ce qu’est la crainte du Seigneur, qui nous révèle si clairement qui nous sommes et comment nous fonctionnons. Loin de nous faire fuir la présence de Dieu, le fait de vivre dans la crainte de Dieu nous permet au contraire de vivre sa grâce.

Quand les hommes ont plus d'importance que Dieu

Quand les hommes ont plus d'importance que Dieu

Éditions Impact. 274 pages.

Avoir moins besoin des gens et les aimer davantage, c’est le défi que nous propose l’auteur. Il évoque la tendance que nous avons à craindre les autres, à nous laisser contrôler et maîtriser par eux, à dépendre d’eux pour ces choses que Dieu seul peut nous donner. L’auteur propose un antidote : la crainte de Dieu… la réponse du croyant à la puissance, à la majesté et, non la moindre, à la miséricorde de Dieu.
Agréable à lire, il peut servir à l’école du dimanche ou pour une étude biblique.

Éditions Impact. 274 pages.

Nous craignons parfois que ce type de livre manque de réalisme sur nos besoins relationnels et laisse à penser qu’il est mauvais de cultiver ces besoins. Ed Welch est très clair à ce sujet : il ne faut pas vivre comme si on n’avait pas besoin des autres non plus. C’est tout simplement faux de dire que les autres n’ont pas un rôle dans nos vies, ce serait une version plus « light » d’une vérité profondément riche sur l’amour de Dieu pour nous.  Nous sommes créés pour les relations interpersonnelles, pour s’aimer, mais pas pour « booster » l’estime de soi les uns des autres. C’est là que nous verrons la différence : chercher à aimer toujours plus les autres, renoncer à trouver en eux notre satisfaction personnelle, et glorifier Dieu… des objectifs, comme nous le rappelle Ed Welch, que nous pouvons viser sans nous sentir submergés !

EN VOIR PLUS
Chargement