Dieu : Un être différent

by Joshua Earle on Unsplash

Vous pensez peut-être que Dieu ressemble à Superman. Fondamentalement humain, il possède néanmoins des pouvoirs étonnants. Il aime voler au secours des gens, du moins s’il arrive à temps. Il est cultivé, adopte les bonnes manières et affiche un comportement politiquement correct. Il ne fait jamais pression sur le libre arbitre des êtres humains. Il défend la vérité, la justice et tout ce qui va avec.

Peut-être comparez-vous Dieu à Morgan Freeman. Dans un des films que j’ai vus, Freeman dépeint Dieu sous les traits d’un vieillard au rire de grand-père. Il est honnête et attentionné tout en mettant les gens à l’épreuve. Heureusement, les leçons les plus difficiles qu’il leur enseigne sont pour leur bien.

Une idée de Dieu

Il se peut également que votre idée de Dieu ne soit pas aussi positive. Franchement, vous êtes plutôt méfiants. La vie n’a pas toujours coulé sans heurts pour vous, et le monde est bien trop sombre pour en espérer quelque chose de bien.

Introduction à la théologie évangélique - Méditer, ressentir et croire les vérités essentielles
Kevin DEYOUNG
acheter
Introduction à la théologie évangélique - Méditer, ressentir et croire les vérités essentielles
Kevin DEYOUNG
IMPACT. 144. 11,90.

Ces dernières années, le terme « évangélique » a perdu presque toute signification. Il en est venu à désigner une tendance politique ou un terme que les sociologues utilisent à propos de chrétiens affiliés à certaines dénominations ou institutions. L’adjectif « évangélique » a fini par signifier tout et rien.
Dans ce livre, Kevin DeYoung et plusieurs autres leaders chrétiens évangéliques nous rappellent que ce terme revêt de la valeur, à condition qu’il soit chargé d’une signification théologique s’exprimant d’une manière particulière dans les sphères éthiques, sociales et ecclésiastiques.
À travers différents thèmes, tels que Dieu, l’Évangile, la nouvelle naissance, la justification, la sanctification, le royaume et Jésus-Christ, les auteurs de ce livre désirent faire connaître à de jeunes chrétiens, à des chrétiens récemment convertis ou sans formation les enseignements fondamentaux de notre foi.

Nous avons tous des idées légèrement différentes concernant la personne de Dieu. Il est d’ailleurs probable que notre cadre de référence influence notre concept de Dieu. Une chose est cependant certaine : dans son état naturel, chacun de nous pense que Dieu lui ressemble. Nous croyons que Dieu s’irrite contre les choses qui nous irritent, et apprécie les choses que nous apprécions. Nous pensons qu’il aime les personnes que nous aimons et qu’il déteste celles que nous détestons. Même lorsque nous agissons mal, nous supposons que Dieu comprend notre façon d’agir et qu’il n’en fait pas tout un plat.

Nous savons que Dieu a une connaissance supérieure à la nôtre, qu’il est moralement supérieur, qu’il est « meilleur ». Cependant, nous continuons de supposer que de manière générale, Dieu est sur la même longueur d’onde que nous quant à la justice et la morale, qu’il partage nos idées sur l’amour et la sexualité, sur nos politiques et nos passions, sur notre jugement à propos d’une soirée qui se passe bien et d’une vie digne d’être vécue. Au fond, il est comme nous… Comme moi.

C’est justement cette idée qui est à la base de ce que la Bible appelle notre péché. Le serpent avait promis que nous pouvions être « comme Dieu », ce qui est une autre façon de dire : « Dieu est comme toi ; agis donc à ta guise. » Ce mensonge, nous l’avons cru depuis l’origine. En langage théologique, nous nous justifions de ce que nous accomplissons ou laissons inaccompli. Chaque tâche accomplie, chaque amour recherché, chaque pièce dans laquelle nous entrons, chaque pensée méditée, tout cela s’inscrit dans le grand projet de nous justifier et de justifier notre bonté ; de légitimer notre droit de commander et de déterminer ce qui est bien et ce qui est mal ; de prouver que Dieu est comme nous.

Mais Dieu est-il vraiment comme l’un de nous ? Comme moi ?

Moïse fait remarquer que « nul n’est semblable à l’Éternel, notre Dieu » (Ex 8.6). Le roi David affirme la même vérité : « […] nul n’est semblable à toi » (2 S 7.22). Salomon, le fils de David, déclare lui aussi : « Il n’y a point de Dieu semblable à toi » (1 R 8.23). Finalement, Dieu affirme clairement : « Je suis Dieu, et nul n’est semblable à moi » (És 46.9).

Qu’entend la Bible quand elle dit que Dieu n’est pas semblable à nous ? Depuis l’époque de l’Église primitive jusqu’à nos jours, certains théologiens ont utilisé ce genre d’expressions pour dire que nous ne pouvons pas connaître Dieu dans son être profond. Il est d’une espèce différente et nous ne pouvons le cerner par quelque analogie que ce soit concernant l’être. (Les musulmans affirment quelque chose de similaire.) Examinons le contexte des passages cités. Ceux-ci n’affirment pas notre incapacité à comprendre Dieu. Pour eux, Dieu n’est pas semblable à nous dans la mesure où son dessein ne peut être contrecarré ; la puissance de Dieu dépasse ce qu’il est possible d’imaginer et sa bonté est stupéfiante ; sa grâce est déconcertante et il étend son amour sur ceux qui ne le méritent pas. Il connaît la fin dès le commencement.

Étant donné que nous nous efforçons sans cesse de le réduire à notre image, la Bible ne cesse de répéter qu’il n’est pas semblable à nous. Nous enfermons Dieu dans nos univers mentaux. Nous l’apprivoisons et le façonnons à notre ressemblance. Quelle folie ! Il est le Dieu qui a créé l’univers par sa Parole, qui a détruit le monde par un déluge, le Dieu qui a foudroyé deux prêtres qui avaient offert de l’encens de manière non autorisée, le Dieu qui suscite des nations et les taille en pièces. C’est le Dieu qui a revêtu un corps de chair, qui est mort sur la croix et qui est ressuscité. Il nous commande à présent de nous offrir en sacrifices vivants, ce qui est notre culte raisonnable. Oubliez Superman, Morgan Freeman, ainsi que toute autre espèce de dieu qui nous ressemble. Dieu n’est pas semblable à nous ; il est infiniment plus majestueux et infiniment plus saint. On ne se moque pas de lui.

Le comble, c’est qu’il est possiblede le connaître, certes pas pleinement, mais suffisamment. Dans la Bible, Dieu ouvre les portes de la salle du trône pour donner accès à la connaissance de sa personne. Nous pouvons entrer dans cette salle tout simplement en ouvrant notre Bible.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement