Vivant de l’Écriture – Quel impact cette manière de lire la bible a-t-elle dans notre vie de chrétien ? (4/4)

Photo by Manuel Sardo on Unsplash

3. Quel impact cette manière de lire la bible a-t-elle dans notre vie de chrétien ?

Calvin lisait la bible de manière christocentrique, et il s’avère que c’est une manière tout à fait biblique de procéder. Alors qu’en est-il de notre troisième question : quel est l’impact de cette façon d’aborder la bible ?

Il est crucial de poser cette question.

Car ce serait tentant d’admirer la cohérence des Ecritures, de se plonger dans une recherche détaillée et minutieuse des Ecritures pour voir comment cela se rapporte au Christ, et d’en rester là. Calvin vient encore une fois à notre aide :

La Parole de Dieu n’est point pour nous apprendre à babiller, pour nous rendre éloquents et subtils mais pour réformer nos vies.

Dans les mots du titre de cet article, pour nous rendre vivants, et cela dans deux façons importantes, que nous voyons d’ailleurs dans Luc 24.

D’abord, lire et comprendre la bible de cette façon transforme notre vie à l’intérieur.
Ensuite, cette transformation intérieure transforme notre vie à l’extérieur.

Les deux disciples, après cette rencontre scripturaire avec le Christ ressuscité font demi-tour pour se rendre de nouveau à Jérusalem.

Qu’est-ce qu’ils se disent en le faisant ?

N’avons-nous pas senti comme un feu dans notre cœur pendant qu’il nous parlait en chemin et qu’il nous expliquait les Ecritures ? (24.32)

Un feu dans le cœur ! Une expérience forte et encourageante, dans le vieux sens du terme, dans le sens où cela nous rend courageux. Une expérience transformatrice, un profond sentiment, une conviction intérieure quant à l’importance et la vérité de l’histoire de Jésus dans toutes les Ecritures.

Ne méprisons pas le chemin d’Emmaüs, le chemin biblique vers un cœur qui brûle en nous.

Qui ne voudrait pas avoir un feu ardent qui brûle dans son for intérieur ? Luc semble nous indiquer que cela passe par la contemplation du Christ dans toute la bible. Ce feu que Calvin appelle, dans son commentaire sur ce passage ‘Le feu de l’Esprit, lequel digère et purge les affections de la chair, ou plutôt les brûle et consume et allume un amour de Dieu vraiment bruslante et comme par sa flamme ravisse les hommes entièrement au ciel’

Même schéma, lorsqu’il s’agit des disciples. Pour que les disciples acceptent la résurrection et ses conséquences, il faut que Jésus leur ouvre l’intelligence pour leur permettre de comprendre les Ecritures (24.45).

Il intervient directement au niveau de leurs pensées, pour les transformer et les tirer vers le haut, vers les pensées de Dieu lui-même.

Le cœur et l’intelligence transformés par la contemplation du Christ dans toutes les Ecritures.

Ah, si seulement nous avions accès à ce que Jésus a dit lors de ces études !
Ah, si seulement il était toujours avec nous, pour nous enseigner et pour nous conduire dans la vérité.
Ah, si seulement nous avions une trace écrite de ce que Jésus a dit…

Mais ne désespérons pas. Car nous avons toutes ces choses. Nous avons l’Esprit de Jésus qui habite en nous dont l’œuvre est de glorifier et d’illuminer le Christ, tel un de ses spots.

Il travaille dans notre for intérieur précisément de la même façon dont Jésus travaille chez les disciples dans ce chapitre. Jésus ne nous a pas laissé orphelins, il nous a envoyé un autre consolateur qui a d’abord permis aux apôtres de mettre par écrit la théologie biblique de Jésus – ce que nous appelons le Nouveau Testament – et qui est toujours et continuellement à l’œuvre dans notre vie pour nous permettre de comprendre et contempler Jésus et dans l’Ancien et dans le Nouveau testament.

Vous êtes chrétien ? Vous avez l’Esprit de Dieu qui vous rend vivant, le cœur brûlant et l’intelligence ouverte par l’étude christocentrique de la bible. Et l’accès nous est toujours ouvert. Vous êtes vivants par l’Ecriture, vous pouvez le devenir encore davantage.

Écoutez encore Calvin, lorsqu’il traite de la relation entre l’Esprit et la Parole : Dans l’Epître à Sadolet, l’Italien habitant Carpentras :

« Il n’est pas moins insupportable de se vanter de l’Esprit sans la Parole qu’il est maussade de mettre en avant la Parole sans l’Esprit. »

Sola Scriptura ? Oui, à condition de comprendre par cela les Ecritures ratifiées à l’intérieur du croyant par l’Esprit lui-même.

Comme dit Calvin, dans l’Institution, l’Esprit nous apporte concernant l’Ecriture :
… une persuasion telle, qu’elle ne requiert pas de raisons
… et toutefois une connaissance telle, qu’elle est appuyée sur une très bonne raison
… c’est un tel sentiment qu’il ne se peut engendrer que de révélation céleste.

Avant d’ajouter, tout simplement : Je ne dis autre chose que ce que chaque fidèle expérimente en soi

Voilà la vie intérieure transformée par l’Esprit qui glorifie le Christ dans les Ecritures.

Et cette vie intérieure déborde inéluctablement pour s’inscrire dans la mission de Jésus.

Les disciples sur le chemin d’Emmaüs se lèvent, bien qu’il soit nuit, pour rentrer tout de suite à Jérusalem. Les disciples deviennent par la suite témoins de la résurrection et de l’explication biblique de cet événement dans le monde entier.

Ils ont compris que la bible raconte l’histoire de Jésus. Ils ont compris aussi, que leur histoire personnelle est désormais à comprendre à la lumière de l’histoire de toute la bible, dans cette trajectoire qui ne se termine que lorsque Jésus reviendra pour renouveler toutes choses.

Ils ont compris, ils y ont mis leur foi, ils ont eu la vie transformée, le cœur brûlant, l’intelligence pleine de pensées divines et ils sont partis en mission. Ils étaient devenus … vivants de l’Ecriture.

Qu’il soit ainsi pour chacun de nous.


Dans la même série :
1. Introduction
2. Comment Calvin lisait-il la bible ?
3. Est-ce une manière biblique de lire la bible ?
4. Quel impact cette manière de lire la bible a-t-elle dans notre vie de chrétien ?

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement