"Redécouvrir l'Église locale" nous invite à revenir à la case départ et à nous interroger sur notre conception de l’Église. Il nous oblige à réfléchir à notre rôle en tant que membre, à notre rapport avec l’autorité, à notre besoin de relations significatives, ainsi qu’à notre responsabilité envers un monde en souffrance.

×

Iain Murray raconte une rencontre entre les pasteurs T. T. Shields (1873-1955) de Toronto et Martyn Lloyd-Jones (1899-1981) de Londres, dans une histoire qui semblera très pertinente pour notre situation actuelle.

T. Shields était un dénonciateur vigoureux de toute forme d’apostasie confessionnelle. En théologie, Shields et Lloyd-Jones étaient proches l’un de l’autre ; tous deux étaient calvinistes, tous deux amillénaristes dans leur vision des prophéties non accomplies.

Mais il y avait un aspect important du ministère de Shields avec lequel Lloyd-Jones n’était pas en sympathie. Il pensait que le baptiste était parfois trop controversé, trop dénonciateur et trop prompt à censurer. Plutôt que d’aider les jeunes chrétiens par la force de ses polémiques contre les protestants libéraux et les catholiques romains, Lloyd-Jones pensait que Shields perdait l’occasion d’influencer ceux dont le premier besoin était de recevoir un enseignement positif.

Murray raconte qu’à un moment donné, Lloyd-Jones et Shields avaient prévu de se rencontrer :

Alors que le Dr Lloyd-Jones parlait avec [sa femme] Bethan, qui ne devait pas l’accompagner, de cette réunion à venir et qu’ils priaient à ce sujet, il a acquis la conviction que si Shields lui donnait la moindre occasion, il soulèverait la question qui limitait son admiration pour l’évangélisme du prédicateur plus âgé.

Lloyd-Jones a raconté plus tard ce qui s’est passé lors de cette réunion :

Shields est venu me chercher et nous avons déjeuné. Nous avons parlé de sujets généraux, puis nous sommes allés nous asseoir dans le jardin.

Là, alors que nous buvions du café, il s’est soudain tourné vers moi et m’a dit : « Êtes-vous un grand lecteur de Joseph Parker ? » [Parker était un pasteur anglais congrégationaliste du 19ème siècle].

J’ai répondu, « Non, je ne le suis pas. »

« Pourquoi ? » a-t-il demandé.

« Je n’obtiens rien de lui. »

« Vraiment ! » dit-il, « qu’est-ce qui te prend ? »

« Eh bien, ai-je dit, c’est très bien de faire ces critiques sur les libéraux, mais il ne m’aide pas spirituellement. »

« Vous êtes sûrement aidé par la façon dont il réduit les libéraux en viande hachée ? »

« Non, je ne le suis pas », ai-je répondu. « On peut se moquer des libéraux et avoir des problèmes dans sa propre âme. »

« Eh bien, » dit Shields, « je lis Joseph Parker chaque dimanche matin. Il me remonte le moral – il me remet à l’endroit. »

J’ai senti que mon ouverture était arrivée, alors nous avons commencé. Nous avons eu un grand débat. C’était un homme très compétent et nous avons discuté de la question qui nous divisait.

Pour défendre son attitude, il a dit : « Vous savez, chaque fois que je me livre à ce que vous appelez un de ces « combats de chiens », les ventes du Gospel Witness augmentent. Qu’en dites-vous ? » [Gospel Witness était un journal, lancé par Shields en 1922, qui comptait 30 000 abonnés].

« Eh bien, ai-je répondu, j’ai toujours observé que lorsqu’il y a un combat de chiens, une foule se rassemble ; je ne suis pas du tout surpris. Les gens aiment ce genre de choses. »

Puis il a apporté un autre argument.

Il a dit : « Vous êtes médecin et vous êtes confronté à un patient qui a un cancer. Vous savez que si ce cancer n’est pas retiré, il va tuer le patient. Vous ne voulez pas l’opérer mais vous devez le faire parce que cela va sauver la vie du patient. C’est ma position. Je ne veux pas faire ce genre de choses, mais il y a ce cancer et il faut l’enlever. Que dites-vous de cela ? »

J’ai répondu : « Voici ce que je réponds à cela : Je suis médecin, mais il existe une chose telle que la « mentalité chirurgicale », ou le fait de devenir ce que l’on appelle un « fou du couteau ». Je suis d’accord, il y a des cas où il faut opérer, mais le danger du chirurgien est d’opérer immédiatement. Il pense en termes d’opération. Ne faites jamais une opération sans l’avis d’un deuxième médecin. »

À ce moment-là, Shields s’est levé, a marché dans le jardin, puis est revenu pour relancer la conversation :

« Eh bien », a-t-il demandé, « que pensez-vous de ceci : vous vous souvenez de Paul dans Galates 2 ? Il a dû résister directement à Pierre. Il ne voulait pas le faire. Pierre était un apôtre plus âgé, un leader et ainsi de suite. Paul l’a fait à contrecœur, mais il a dû le faire pour le bien de la vérité. Je suis exactement dans cette position. Que dites-vous de cela ? »

Je dirais ceci », ai-je répondu, « que l’effet de ce que Paul a fait a été de rallier Pierre à sa position et de l’amener à l’appeler « notre frère bien-aimé Paul ». Pouvez-vous en dire autant des personnes que vous attaquez ? »

Shields avait fini. Puis, après que nous ayons cessé de nous disputer, je lui ai lancé un grand appel. J’ai dit :  » Dr Shields, on vous appelait autrefois le Spurgeon canadien, et vous l’étiez. Vous êtes un homme exceptionnel, sur le plan intellectuel, sur le plan du don de la prédication, sur tous les autres plans, mais à cause de l’affaire de l’Université McMaster, au début des années 20, vous avez soudainement changé et vous êtes devenu négatif et dénonciateur. Je pense que cela a ruiné votre ministère. Pourquoi ne pas revenir en arrière ?

Laissez tomber tout cela ; prêchez l’évangile aux gens de manière positive et gagnez-les ! ».

Murray conclut :

Le Dr Lloyd-Jones a continué cet appel pendant qu’ils rentraient en voiture. Les larmes aux yeux, Shields – qui avait alors cinquante-neuf ans – a fini par avouer : « On ne m’a jamais parlé de la sorte de toute ma vie et je vous en suis très reconnaissant. Vous m’avez profondément ému. Je vais vous dire ce que je vais faire. Je vais convoquer une réunion de mon conseil demain soir, leur dire exactement ce dont nous avons discuté et m’en remettre à eux. S’ils sont d’accord avec vous, je ferai ce que vous dites. S’ils ne le sont pas, je ne le ferai pas. »

La réunion, comme le Dr Lloyd-Jones l’a finalement appris, s’est déroulée comme prévu et les hommes de Shields lui ont dit de ne pas écouter les conseils qu’il avait reçus.

Ainsi, aucun changement ne devait suivre la rencontre mémorable des deux hommes, si ce n’est que le Dr Lloyd-Jones devint plus fermement convaincu de la manière dont un ministère orthodoxe peut être gâché par un mauvais esprit et de mauvaises méthodes.

 

Note de l'éditeur : 

– Iain H. Murray, D. Martyn Lloyd-Jones : The First Forty Years (1899-1939) (Banner of Truth, 1982), 271-73. Utilisé avec permission.

Traduction : Joshua Sims de When Martyn Lloyd-Jones Confronted a Pastor Who Loved Controversy and Denunciation

EN VOIR PLUS
Chargement