La pornographie, un problème féminin aussi

Photo by Andrew Neel on Unsplash

Seule, dans les ténèbres de mon péché : voilà l’endroit le plus effrayant au monde. Le péché détruit, ce qu’il détruit se décompose – et cette décomposition nauséabonde devrait nous donner des cauchemars.

Serait-il possible que, sans le vouloir, nos pasteurs et amis de l’Église nous aident en fait à rester dans nos ténèbres ? On parle facilement de dépravation (ou corruption) totale, mais lorsque le pasteur, le dimanche matin, s’adresse uniquement aux hommes et à « leur » problème avec la pornographie, il laisse les femmes dans les ténèbres. Dans leur péché.

J’ai conseillé des femmes ayant souffert, à différents degrés, de péché sexuel – de celles qui pratiquaient volontairement le BDSM1 jusqu’aux victimes de trafic sexuel. Et je suis toujours aussi perturbée que le péché sexuel blesse les femmes avec autant de précision. Aujourd’hui, à cause de la normalisation culturelle de la pornographie, ainsi que de l’omniprésence du WIFI et des téléphones portables, les statistiques concernant les utilisateurs de pornographie s’envolent. Et elles ne laissent personne indemne : ni les jeunes, ni les moins jeunes, ni aucun segment démographique… ni les femmes.

Nous devons donc arrêter d’imaginer que la pornographie est un problème typiquement masculin. Ce n’est pas le cas ; c’est un problème humain.

Aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine ; Dieu est fidèle et ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation, il donnera aussi le moyen d’en sortir, pour que vous puissiez la supporter. (1 Corinthiens10.13.)

Paul aborde ici deux tentations spécifiques : l’immoralité sexuelle (1 Corinthiens 10.8) et le fait de « murmurer » (1 Corinthiens 10.10). Selon Paul, ces péchés sont assez courants car ce sont des tentations dont chacun fait l’expérience. Présumer que le péché sexuel ne concerne que les hommes, c’est refuser l’aide que Dieu promet d’envoyer à tous les chrétiens.

Briser les tabous

Le problème de la pornographie chez les femmes nous met souvent mal à l’aise. C’est un sujet délicat à aborder pour un pasteur ; la sexualité, par nature, touche à l’intimité. Puisqu’il est difficile de confesser un péché sexuel à un homme pasteur ou ancien, beaucoup ont sans doute moins conscience de sa prévalence chez les femmes.

Pourtant, si nous considérons la pornographie comme un péché typiquement masculin, nous

refusons aux femmes la grâce et l’aide dont elles ont besoin (Hébreux 4.16). Notre souverain sacrificateur ne compatit pas seulement à quelques- unes de nos faiblesses, mais à toutes. De plus, nous pouvons confronter tout type de péché avec assurance parce que la puissance de l’Esprit est à l’œuvre en nous.

Mais lorsque le pasteur, ou n’importe qui d’autre dans l’Église, considère un péché particulier comme tabou, il se crée comme des poches de ténèbres dans lesquelles le péché peut couver et proliférer. Ce péché ignoré, tapi dans le silence et alimenté par notre honte, devient un tyran absolu bien décidé à détruire des vies.

L’humilité fait tomber les chaînes

D’un autre côté, il est impossible pour le chrétien, homme ou femme, de garder le silence sur son péché tout en ne ressentant aucune honte. Proverbes 28.13 le confirme : « Celui qui cache ses transgressions ne prospère point, mais celui qui les avoue et les délaisse obtient miséricorde. »

Plus nous essayons de dissimuler notre péché, plus notre cœur s’endurcit. Et le péché, même lorsqu’il semble seulement me concerner, fait du mal autour de lui – c’est vrai pour la masturbation, la pornographie, le sexting2, les pensées sensuelles ou sexuelles. Oui, ces mots sont explicites, mais nous devons clairement identifier les luttes que connaissent certaines femmes afin qu’elles sachent que la véritable liberté et une sainte restauration sont possibles.

Si je suis chrétienne et que je garde mon péché caché, je perdrai mes forces, je gémirai sans cesse, je serai épuisée (Psaume 32.3). Lorsque je persiste à me tenir à l’écart, j’attache plus de valeur à l’orgueil que ma honte protège plutôt qu’à la sainteté que mon humilité rendrait possible (Proverbes 18.1).

« Lorsque je persiste à me tenir à l’écart, j’attache plus de valeur à l’orgueil que ma honte protège plutôt qu’à la sainteté que mon humilité rendrait possible. »

Pourtant, « Dieu résiste aux orgueilleux, mais il donne sa grâce aux humbles » (Jacques 4.6). Mes sœurs, humiliez-vous devant lui et « ne vous remettez pas sous le joug de l’esclavage » (Galates 5.1). Confessez votre péché. Repentez-vous. Votre Père est fidèle et juste pour vous pardonner vos péchés et vous purifier de toute injustice (1 Jean 1.9).

Jésus répond à notre solitude par son réconfort parfait.

Jésus répond à notre sentiment de honte par sa vie parfaite.

Jésus répond à notre désir de trouver l’âme sœur par sa communion parfaite.

Jésus répond à notre désir du plaisir ultime par ses promesses parfaites.

Ma sœur, confesse ton péché et suis plutôt Christ.

Un travail d’équipe

Comment le changement est-il possible ? Il n’a pas lieu parce que des statistiques nous auront convaincues, ou parce qu’on aura entendu parler des effets dévastateurs de la pornographie. Le changement est possible par la puissance transformatrice de l’Évangile. Le changement est possible en se soumettant à la vérité de la Parole de Dieu plutôt qu’à l’appétit insatiable de la chair.

Le changement est possible avec l’aide de nos frères et sœurs (1 Thessaloniciens 5.14).

La pornographie est un problème spirituel enraciné dans le mensonge de l’idolâtrie ; et comme pour toute lutte avec l’idolâtrie, nous avons besoin les uns des autres pour mener à bien la bataille. Une chrétienne qui lutte avec la pornographie a besoin que d’autres chrétiennes l’aident à tuer son péché grâce à la puissance de la Parole de Dieu (Éphésiens 5.18-21 ; Colossiens 3.16).

Paul, juste après le passage sur la tentation dans 1 Corinthiens 10.12-13, ajoute : « C’est pourquoi, mes bien-aimés, fuyez l’idolâtrie. » Nous avons tous et toutes besoin d’aide ; aucun d’entre nous n’est au-dessus de la tentation de la pornographie.

Pasteurs, la pornographie est un problème humain.

Toi, femme qui luttes, sors des ténèbres et cours à Jésus.

Église, lève-toi et aide tes sœurs.


1  De l’anglais « Bondage, Discipline, Sadism, Masochism », N.d.T.

2 Envoyer, recevoir ou faire suivre des messages ou images sexuellement explicites par téléphone portable, N.d.T.

Traduction : Loanne Procopio


Une rubrique qui désire encourager les femmes individuellement et communautairement à creuser davantage la Parole de Dieu pour en faire une boussole qui oriente les réflexions et qui conforte toutes les décisions de la vie.

Retrouvez ici tous nos articles.

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement