Le mentorat en pratique 2

by RaphiD on Pixaybay

Ce qu’est le mentorat (première partie)

Avant de lire cet article, je vous invite à découvrir Le mentorat en pratique 1 ; Ce que le mentorat n’est pas.

Le mentorat…

 … Vise la formation du caractère à l’image de Christ

Le mentorat est une relation spirituelle à long terme, au travers de laquelle le mentor s’intéresse à la vie spirituelle de son protégé, et l’encourage à approfondir sa spiritualité. Il y a tant d’embûches sur ce chemin à la ressemblance de Christ ; de la pratique de la piété personnelle, au développement de la foi en Dieu, en passant par la gestion du succès ou de l’échec, par exemple…

… Est lié au développement du protégé et de son ministère

Le mentor, qui se doit de poser les bonnes questions, s’intéresse aux réflexions de son mentoré sur son propre développement, et sur le développement du ministère.

L’aide du mentor peut être particulièrement utile et influente (?) lors de la prise de certaines décisions : orientation du ministère, choix particuliers…

… Est une offre de redevabilité

J’ai démontré que la notion de redevabilité devrait être incluse dans la formation de disciple. Les disciples étaient redevables à Jésus. Paul était redevable aux apôtres. Timothée, à Paul…

Probablement consacrerais-je un article complet à ce sujet. Pour le moment, relevons que le mentorat spirituel est une relation propice, une offre de redevabilité. Reconnaissons que nos milieux évangéliques n’ont pas cette culture. Que ceux qui appartiennent à la génération X sont plutôt des solitaires, qui ont appris à serrer les dents et à parvenir à leurs fins par eux-mêmes. Alors que les jeunes leaders aspirent à ce que des aînés s’investissent dans leur vie pour profiter de leur expérience dans le ministère [1].

… S’intéresse aux « angles morts »

L’un de mes protégés m’a expliqué :

– Alain, j’ai un cahier de charges, je suis évalué chaque année… Je travaille en équipe et je suis sécurisé dans mes responsabilités, mais qui veille sur mes « angles morts » ? Les angles morts ? Ces « petits renards » de la vie chrétienne que n’évoquent aucun cahier de charge… Qui sont souvent de l’ordre de l’intime, qu’on ne peut aborder que dans le cadre d’une relation sécurisée, parfaitement étanche…  Le mentorat spirituel offre cet espace favorable pour envisager des aspects de fragilité spirituelle, émotionnelle, ou psychologique. Et la redevabilité vis à vis d’un mentor permet de mettre en lumière des aspects que le protégé n’ose, ou ne peut pas partager. Nous connaissons le pouvoir de la lumière : «  Mais si nous marchons dans la lumière, tout comme Dieu lui-même est dans la lumière, nous sommes en communion les uns avec les autres et le sang de Jésus[-Christ] son Fils nous purifie de tout péché.[2]»

« Plus un leader monte en responsabilité, plus il a besoin d’un mentor ! »

C’est l’un de mes protégés qui a édicté ce théorème. Il était lui-même appelé à prendre des responsabilités nationales. Son prédécesseur à ce poste a fait son auto-critique : il a reconnu qu’il avait pris de nombreuses décisions seul, pas toujours avec de bonnes motivations, et qu’il avait souvent négligé sa famille.

Mon protégé m’a dit :

– Alain, je ne veux pas être un solitaire et prendre de risque de passer à côté de ma vie avec Dieu, ma famille, et mon ministère. J’ai besoin d’un mentor à qui je sois redevable. Évidemment, comme nous le verrons dans un prochain article, le mentor ne peut pas aller plus loin que la limite fixée par son protégé.

Et vous :

  • À qui êtes-vous redevable, en dehors de votre hiérarchie ?
  • Qui s’intéresse à vos angles-morts ?
  • À qui avez-vous donné la permission de vous poser des questions… que vous ne souhaitez pas trop qu’on vous pose ?

[1] https://www.lausanne.org/about/blog/a-call-to-seasoned-ministry-leaders consulté le 14/03/19

[2] 1 Jean 1 : 7

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement