L’unique qualification d’un ancien (partie 3/3)

Photo by micah. on Unsplash

Cet article est la suite de : L’unique qualification biblique de l’Ancien : 20 applications pratiques (partie 1 et 2)

15. …il vit l’évangile en étant saint (Tite 1.8)

Sans la sanctification, nous ne verrons pas Dieu. Dieu nous a donné, par l’évangile, tout ce qui contribue à la vie et à la piété. Jésus est venu parce que nous n’étions pas saints –ni Israël, ni les nations. Il était saint et est venu jusqu’à nous pour nous rendre saints – mis à part pour Dieu, distincts, et « salés ». La sainteté n’est pas une idée improbable sans lien avec l’évangile de la grâce en Jésus ; au contraire, elle est au cœur de notre rédemption.

Pour l’évaluer : Sa vie est-elle caractérisée par la repentance ? Est-il conscient des péchés avec lesquels il lutte, et de ses points faibles ? Aspire-t-il à la sainteté de manière proactive dans ces domaines ?

16. …il vit l’évangile en vivant de manière disciplinée (Tite 1.8)

Qu’est-ce que l’évangile a à voir avec la discipline, l’attention aux détails, la planification prévisionnelle, les stratégies, les tactiques, les projets, les objectifs, la logistique ou l’organisation ? L’évangile est le plan stratégique le plus détaillé qui ait été mis en œuvre. L’éternité elle-même était nécessaire à la conception et l’exécution de ce plan. Le fait qu’il ait été prévu ne le rend pas moins spirituel, puisque la mise en œuvre du plan dans la vie de l’église était le mandat même du Saint-Esprit. Oui, la vie peut être désordonnée, et la vie spirituelle peut commencer de manière un peu brouillon, mais elle n’est pas supposée le rester. Nous sommes toujours appelés à cultiver et à veiller sur le jardin.

Pour l’évaluer : Montre-t-il de manière concrète qu’il réfléchit à structurer et organiser la vie en général, et la vie de l’église en particulier, afin de maximiser la gloire de Dieu et son propre rôle auprès des personnes qui l’entourent ?

17. …il vit l’évangile en croissant en maturité (1 Ti 3.6)

L’immaturité se révèle à travers la prétention et l’arrogance. Le diable représente la quintessence de l’immaturité et de l’orgueil. La maturité se voit à travers une humilité qui croît sans cesse. Plus mon cœur sera conquis par l’évangile de la grâce de Dieu pour élire, ainsi que par la miséricorde imméritée qu’il me manifeste, plus je grandirai en maturité et en humilité. Cela signifie en général que plus le converti est jeune dans sa foi, moins il est qualifié ; il verra le rôle d’ancien ou de pasteur non pas comme une œuvre excellente et noble, mais comme un insigne d’honneur. Hélas, des personnes converties depuis plus longtemps peuvent également se révéler immatures et prétentieuses. Il peut aussi arriver que de jeunes convertis soient matures et humbles malgré leur courte marche dans la foi.

Pour l’évaluer : Sa conversion est-elle récente ? Il est toujours bénéfique d’attendre que la Parole et l’Esprit aient le temps de nous faire mûrir et de transformer notre caractère de futur responsable. C’est dans ce sens que la Parole nous encourage à agir. Pour le reste d’entre nous, notre maturité et notre sagesse grandissantes devraient effectivement témoigner du fait que nous ne sommes pas de jeunes convertis.

18. …il vit l’évangile partout (1 Ti 3.7)

Tout comme c’était le cas dans l’église primitive, celui qui vit l’évangile dans sa vie de tous les jours comme nous l’avons précédemment décrit reçoit la faveur du peuple, a une bonne réputation, et est généralement respecté, grâce aux bonnes actions qui découlent d’une bonne attitude et d’un bon cœur. Le déclin de la société implique que la calomnie et la persécution seront bien présentes, et que les hommes appelleront le mal, bien, et le bien, mal. Cependant, le responsable centré sur l’évangile aura une bonne réputation partout où il sera connu pour ce qu’il est.

Pour l’évaluer : La premier chose à évaluer, c’est le degré d’implication avec des personnes extérieures à l’église. Une bonne réputation requiert un échantillon important de personnes !

19. …il vit l’évangile dans l’église (1 Pierre 5.3)

Une exemplarité modelée par l’évangile : voilà comment Pierre résume dans sa lettre le comportement que les assistants-bergers devraient adopter. Cette merveilleuse devise correspond au terme « irréprochable » utilisé par Paul. Pensez à un domaine de la vie ; les dirigeants de l’église de Dieu doivent faire preuve d’une exemplarité modelée par l’évangile dans ce domaine – et dans tous les autres. Ils sont devenus des experts quant à la mise en pratique de l’évangile dans tous les domaines de la vie. Si vous doutez que la logique de Pierre soit aussi centrée sur l’évangile que celle de Paul dans 1 Timothée 3 ou Tite 2 et 3, regardez comment il introduit son enseignement concernant les anciens :

« J’exhorte donc les anciens qui sont parmi vous, moi, ancien comme eux, témoin des souffrances du Christ et participant à la gloire qui doit être révélée… »

L’exhortation adressée aux anciens est explicitement engendrée par l’évangile !

Pour l’évaluer : L’ancien est-il capable, sans vaine gloire ou vantardise, de rendre visible dans son propre contexte son imitation de Christ ? Est-il en mesure d’aider les autres à être ses imitateurs de la même manière qu’il est lui-même l’imitateur de Christ ? Les gens autour de lui cherchent-ils à parler, à prier, à prendre soin des autres, et à faire preuve d’hospitalité tout comme il le fait ?

20. …il vit l’évangile en le rendant visible (Tite 1.9 ; 1 Ti 3.2 ; Actes 20 ; Éphésiens 4.11 ; 1 Pierre 5)

Si je vis selon l’évangile ; si l’évangile coule dans mes veines, pour ainsi dire ; si je le mets en pratique de toutes les manières que nous avons évoquées ; alors je suis tout spécialement équipé pour l’enseigner, pour faire paître le troupeau de Dieu, pour exhorter et corriger, pour préparer tous les membres de l’église à servir et à se dire la vérité dans l’amour – afin que l’évangile produise du fruit, afin qu’il soit glorifié, et afin que l’église soit édifiée dans l’amour. Cependant, cet enseignement n’est jamais simplement informatif et théorique ; il est, comme nous l’avons vu, profondément incorporé dans une vie qui, toute entière et dans chacun de ses aspects, exprime l’évangile. Par conséquent, enseigner, dans ce contexte, signifie appliquer l’évangile à toutes les situations : la prédication dominicale, les situations pastorales, les réunions stratégiques, le développement des responsables. Cela signifie également identifier et réfuter les tendances et enseignements anti-évangiles qui pourraient égarer le troupeau. En résumé, lorsque comme Jésus je suis appelé à donner ma vie pour l’église, j’apprendrai jour après jour comment l’évangile transforme la vie quotidienne dans la communauté et en mission. Qui plus est, je le transmettrai de manière passionnée et transformationnelle le dimanche et le reste de la semaine, en toute occasion – favorable ou non. Je suis ainsi conscient de mon besoin de me repentir constamment et de croire à nouveau le grand mystère de la piété :

Celui qui a été manifesté en chair,
justifié en Esprit,
est apparu aux anges,
a été prêché parmi les nations,
a été cru dans le monde,
a été élevé dans la gloire.

Pour l’évaluer : Son enseignement (et plus particulièrement la proclamation de la parole le dimanche) est-il clair, fidèle à la Bible, christocentrique, transformationnel et textuel ? Son enseignement affirme-t-il clairement que la parole de Dieu accomplit l’œuvre de Dieu ?

Partager
EN VOIR PLUS
Chargement